Comment vendre à découvert

Mécanisme incontournable du monde du Trading, la vente à découvert permet aux investisseurs de gagner de l’argent en misant sur la baisse des prix d’un actif financier.

Si la grande majorité des investisseurs particuliers se contentent de miser sur la hausse des marchés, les investisseurs professionnels quant à eux ne se privent pas de miser également sur la baisse des prix. Pouvoir miser sur la hausse et la baisse des marchés financiers permet en effet de doubler le nombre d’opportunités de Trading et d’investir, quel que soit le niveau de valorisation d’un marché.

Qu’est-ce que la vente à découvert ? Comment fonctionne la vente à découvert ? Pourquoi utiliser la vente à découvert ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Voici un résumé complet des informations à connaître pour exploiter toutes les opportunités offertes par la vente à découvert.

Qu’est-ce que la vente à découvert (VAD)?

Par définition, la vente à découvert (short selling en anglais) est un mécanisme consistant à emprunter un actif financier, le vendre, le racheter, puis le rembourser. Si le prix de cet actif a baissé entre la vente et le rachat, l’investisseur réalise un profit. Dans le cas contraire, il enregistre une perte.

Par extension, la vente à découvert désigne l’ensemble des opérations visant à miser sur la baisse de prix d’un actif ou d’un produit financier. Si plusieurs mécanismes permettent de vendre à découvert sur les marchés organisés grâce au système de règlement différé (SRD) du marché actions ou aux chambres de compensation du marché des Futures, les Traders indépendants utilisent aujourd’hui principalement les CFD afin d’effectuer leurs ventes à découvert.

Exemple de vente à découvert

Sur un compte de Trading sur CFD, il suffit de commencer par envoyer un ordre de vente à son courtier pour déclencher une vente à découvert et détenir une position vendeuse. 

Supposons qu’un Trader souhaite vendre à découvert 1 unité du CFD CAC 40 (d’une valeur de 1€/point) pour miser sur la baisse de l’indice boursier français. 

Son intermédiaire financier lui proposera deux cotations : 

  • une première cotation (achat) correspondant au prix proposé pour miser sur la hausse ;
  • une seconde cotation (vente) correspondant au prix proposé pour miser sur la baisse.

La différence entre ces deux prix correspond au spread, c’est-à-dire à la commission prélevée par le courtier.

Pour vendre à découvert un actif, il suffit au Trader de commencer par cliquer sur l’ordre de vente (sans posséder au préalable une position acheteuse sur le même actif, faute de quoi il s’agirait d’une vente classique). 

Une fois l’ordre de vente à découvert exécuté par le courtier, notre Trader gagnera 1€ à chaque fois que le CAC 40 perdra un point. À l’inverse, il perdra 1€ à chaque fois que l’indice boursier gagnera 1 point. 

À supposer que notre Trader ait vendu le CFD France 40 à 5 000 points :

  • Si le CAC 40 gagne 10 points, sa perte latente sera de 11€ (10 points de perte + 1 point de spread) ;
  • En revanche, son gain latent sera de 9€ si le CAC 40 perd 10 points (10€ de gain – 1 point de spread).

Pourquoi utiliser la vente à découvert ?

Si les entreprises non financières font appel à la vente à découvert pour se couvrir contre un risque (hausse des prix d’une matière première, variation d’un taux de change, etc.), les entreprises financières et les Traders utilisent essentiellement la vente à découvert dans une approche spéculative.

S’offrir la possibilité de gagner de l’argent avec la baisse du marché permet de multiplier par deux le nombre d’opportunités d’investissement. Pour les investisseurs de court terme tels que les Swing Traders et les Day Traders, recourir à la vente à découvert permet ainsi d’éviter le chômage technique en cas de séance baissière.

Par ailleurs, les marchés financiers ayant tendance à “prendre l’escalier” pour monter et à “prendre l’ascenseur” pour descendre, la vente à découvert permet de profiter de mouvements de prix baissiers parfois extrêmement rapides. Ces derniers peuvent avoir lieu en l’espace de quelques minutes seulement, alors qu’il faut parfois attendre de longues journées pour voir un mouvement haussier se concrétiser.

Les risques de la vente à découvert

Bien qu’elle offre au Trader une plus grande liberté d’action, la vente à découverte présente aussi quelques risques. 

Au-delà du risque inhérent à l’effet de levier (souvent utilisé dans le cadre des ventes à découvert), la perte potentielle n’est pas limitée lors d’une vente à découvert. En effet, lors d’un achat le prix de l’actif ne peut pas descendre en dessous de zéro : les pertes sont donc limitées. En revanche, il n’y a pas de limite théorique à la hausse des prix d’un actif boursier. Sans ordre stop-loss, les pertes peuvent donc être terribles.

Lorsqu’un trop grand nombre de vendeurs à découvert sont positionnés sur un actif, il est parfois possible d’assister à des phénomènes de short squeeze. En effet, lorsque les vendeurs cherchent à sortir de position et si le marché n’est pas suffisamment liquide, alors les rachats de position peuvent alimenter la hausse des prix de l’actif et forcer d’autres vendeurs à découvert à couper leurs pertes à leur tour. Le marché s’emballe alors à la hausse pour le plus grand malheur des vendeurs à découvert.

Enfin, détenir une position vendeuse sur une action expose également le Trader à l’occurrence d’une Offre publique d’achat susceptible de faire grimper soudainement les cours. Mieux vaut donc réserver la vente à découvert aux indices boursiers, devises, et matières premières.

Pour résumer, la vente à découvert n’est donc rien d’autre qu’une opération d’achat inversée. Faute d’être intuitif, ce mécanisme permet à ceux qui le maîtrisent de booster leurs performances de Trading dans le cadre de règles de Money Management rigoureuses.