Le Stock Picking : une stratégie d’investissement pour les passionnés

Le Stock Picking : une stratégie d’investissement pour les passionnés

Le Stock Picking est un mode de gestion active du portefeuille, visant à investir dans des sociétés rigoureusement sélectionnées.

Parmi les différentes visions que l’on peut avoir de l’investissement, le Stock Picking est sans doute l’une des plus actives. En passant par l’analyse de la santé financière de chaque société où l’on souhaite investir, cette approche demande une rigueur et une expertise au-delà des normes.

 

Qu’est-ce que le Stock Picking ?

 

Définition

Le Stock Picking désigne une stratégie de trading Bottom-up consistant à sélectionner rigoureusement les actifs qui constitueront un portefeuille boursier. Pour ce faire et contrairement à l’approche Top-Down – qui elle part d’une étude macro globale – le Stock Picking implique une analyse fine de chaque entreprise cotée en bourse.

Cette stratégie, respectant donc les critères de l’analyse fondamentale (gravitant autour de la santé et de la qualité de l’entreprise examinée), fait partie d’une gestion active. Autrement dit, le Stock Picking vise à battre le marché, et non à reproduire ses performances, comme c’est le cas pour la gestion passive.

Dans cette optique, plusieurs options s’offrent à l’investisseur :

  1. Sélectionner des titres sous-cotés (entreprises jeunes mais prometteuses) afin d’investir sur leur développement à long terme, et donc la valorisation de leurs actifs ;
  2. Sélectionner des titres sur-cotés afin de se positionner à la vente (short en anglais), tout en anticipant la baisse de valeur à venir de ses actifs.

 

À noter : le cas le moins intéressant pour le Stock Picker est donc celui où la valorisation des actifs d’une société est fidèle à leur valeur réelle.

 

Deux étapes principales jalonnent le processus de Stock Picking :

  • Identifier les critères d’investissement selon lesquels se fera la sélection des actifs. On veillera alors à ne conserver dans son portefeuille que les sociétés répondant à l’intégralité de ces critères.

 

Bon à savoir : il existe en ligne plusieurs filtres adaptables à vos critères; on parle de Stock Screener (Google Stock Screener en est un, par exemple).

 

  • Ce n’est qu’une fois ces critères établis que l’on peut passer à l’étude affinée de la valeur intrinsèque des titres présélectionnés. C’est alors leur correspondance à votre stratégie qui déterminera si oui ou non, vous conservez ces titres dans votre portefeuille “final”.

 

Attention : en tant que Stock Picker, il est capital de diversifier votre portefeuille afin de réduire le risque de votre stratégie : il s’agit donc de choisir un panier d’actifs !

 

Parce que le Stock Picking part d’une approche “micro”, il ne tient pas compte du secteur d’activité ou de la zone géographique dans laquelle se déploie votre stratégie. Ainsi, il est judicieux de mixer cette approche Bottom-Up avec l’analyse technique et une vision plus macro-économique.

Du fait de ces possibles dissonances entre rendement micro et rendement national, le risque du Stock Picking est plus fort : cette pratique est donc davantage conseillée pour les investisseurs avertis !

 

Avantages et inconvénients

Selon votre profil d’investisseur, il peut être – ou non – opportun d’appliquer une stratégie de Stock Picking. Plusieurs facteurs viennent étayer cette solution :

  • Le Stock Picking permet d’investir sur de jeunes entreprises prometteuses
  • Le Stock Picking implique l’investisseur en profondeur dans la vie de l’entreprise
  • Le Stock Picking est une stratégie de gestion active : elle vise à battre le marché

Pour rééquilibrer la balance toutefois, le Stock Picking présente de nombreuses difficultés et de fortes exigences :

  • Un suivi scrupuleux et régulier de l’actualité de chaque entreprise est nécessaire
  • Il est crucial d’adopter une vision globale et pas seulement micro
  • Comme pour toute stratégie de gestion active, le self-control est important dans votre prise de décision

 

Attention : 95% des gérants de fonds pratiquant le Stock Picking obtiennent une performance inférieure, et non supérieure au marché. Cette pratique est donc réservée aux experts !

 


 

Découvrez une nouvelle façon de générer des revenus grâce au Trading 2.0 avec le Pack ARYA Starter !

 


 

 

Établir une stratégie de Stock Picking

 

Dans la théorie

Concrètement, l’investisseur en Stock Picking devra adopter plusieurs dimensions d’analyse et faire montre d’un solide socle de connaissances dans plusieurs domaines :

 

  • Les données financières internes
      • L’analyse du bilan comptable
      • L’analyse des comptes de résultat
      • L’analyse du rendement actuel de la société
      • L’analyse des perspectives de croissance de la société
  • La rencontre facultative du dirigeant
  • Les informations macro-économiques
    • La connaissance des taux directeurs et ajustements (Banques Centrales)
    • La lecture de la presse spécialisée (Les Echos, Bloomberg, Reuters, Wall Street Journal, Financial Times…)

Il existe trois stratégies faisant partie intégrante du Stock Picking :

  • La Gestion Value : on prend en compte le taux de rendement des sociétés ciblées, en comparaison à la somme de leurs actifs et investissements. Le coût de l’action est quant à lui mis en relief par rapport aux bénéfices de l’entreprise (Price to Earning Ratio)
  • La Gestion Growth : on investit sur les sociétés à fort potentiel de développement, généralement jeunes et sous-cotées, sur le long terme. L’attente de leur valorisation introduit la notion de GARP (Growth At Reasonable Price), c’est-à-dire l’identification du moment idéal pour revendre ses titres, avant un renversement de tendance.
  • Stock Picking Sectoriel : on mêle la notion de Stock Picking (et donc de connaissance de l’entreprise) à la connaissance d’un secteur unique d’investissement, afin de disposer d’un avantage concurrentiel sur les autres investisseurs. Si le Stock Picking comporte déjà des risques, cette approche en comporte encore davantage et demande une véritable expertise.

 

Dans la pratique

 

Plusieurs critères sont à respecter afin de minimiser la prise de risque en Stock Picking :

  • La lecture régulière de l’information spécialisée
  • Le suivi assidu de la santé financière de vos sociétés
  • La diversification de votre portefeuille (répartir ce dernier entre au moins 20 sociétés serait idéal pour sécuriser vos investissements)
  • La diversification par secteurs (à moins de procéder à un Stock Picking Sectoriel) et par zones géographiques, afin d’être moins dépendant d’un seul contexte macro-économique

Concrètement, pendant la phase de sélection de vos sociétés, plusieurs indices peuvent aiguiller vos décisions. Pour commencer, le PER (Price-Earnings Ratio) doit être inférieur au taux sans risque :

 

À noter :

Si le PER = 20, alors le rendement avec risque est de 1/20 = 5% de rendement

Plus le PER sera faible, plus le rendement sera donc élevé.

 

Pour choisir votre entreprise, l’étude de la concurrence chez les investisseurs est capitale. Si les géants du marché (capitalisation supérieure à 100 millions d’euros) sont pris d’assaut, certaines jeunes entreprises prometteuses peuvent être délaissées.

Méfiez-vous des communiqués de presse diffusés par les PDG des entreprises en question : leurs annonces seront bien souvent plus optimistes que la réalité. Pour avoir un aperçu fidèle de la santé économique d’une société, mieux vaut consulter son historique :

  • Une augmentation du nombre d’actions sur le marché peut être un signe positif (pour peu que cela découle d’une augmentation de capital et non d’une dilution)
  • Des dividendes élevés peuvent aussi bien traduire la bonne santé de l’entreprise qu’une politique court-termiste, trahissant au contraire son instabilité

 

Conclusion

 

Stratégie réservée aux experts et aux passionnés, le Stock Picking demande une grande rigueur ainsi qu’une connaissance en profondeur de l’analyse fondamentale. Bien que ce mode de gestion active permette – dans l’idéal – de battre le marché, il est primordial d’avoir conscience des risques de perte sur le long terme. Pour cette raison, la prudence est de mise dans cette approche de l’investissement !