Le Warrant

Le warrant est un produit boursier à fort effet de levier. Il nécessite un minimum de connaissance et de maîtrise des marchés. Call et put, prix d’exercice, sous-jacent et échéance sont parmi les termes à connaître pour bien commencer en bourse.

Un bon d’option à mettre en portefeuille

Un warrant ou bon d’option est un droit permettant d’acheter ou de vendre un support nommé sous-jacent, pendant une période et à un prix définis à l’avance. Ce support peut être un indice, un taux d’intérêt, une action ou un panier d’actions.

C’est une valeur mobilière de type optionnel dont la cotation et la diffusion sont assurées par l’établissement financier qui l’a créée, comme Société Générale, Citibank, Unicredit, BNP Paribas et Commerzbank. La cotation d’un bon d’option peut être suspendue lors d’événements extraordinaires (forte variation de cours due à des conditions anormales de marché, dysfonctionnement informatique).

Il existe deux types de warrants :

  • Le call : il donne à l’investisseur le droit d’acheter un support au prix d’exercice jusqu’à l’échéance. Le call permet de miser sur la hausse du sous-jacent.
  • Le put : il donne le droit de vendre un support au prix fixé par l’émetteur jusqu’à la date prédéfinie. Le put permet de miser sur la baisse du sous-jacent.

A condition qu’il ne dépasse pas l’échéance, l’investisseur est libre de revendre ses bons d’options à tout moment au cours souhaité.

Warrants : parité, quotité et prix d’exercice

En bourse, une quantité minimale de warrants est imposée. Il s’agit de la quotité. Elle peut être de 100, 1 000, voire 10 000 warrants. Pour lever une option, c’est-à-dire pour exercer son droit sur un sous-jacent, l’investisseur doit vendre ou acheter un nombre défini de warrants. C’est la parité. Pour exemple, la parité 1 000/1 signifie que l’accès à une unité de support est possible avec 1 000 warrants.

A l’émission d’un bon d’option, l’émetteur fixe le prix auquel le sous-jacent peut être acheté ou vendu. C’est le prix d’exercice. Lorsque le support en est proche, call et put sont dits at the money (à la monnaie). Lorsqu’il est supérieur, le call est dit in the money (dans la monnaie) et le put out of the money (en dehors de la monnaie). A l’inverse, le call warrant est dit en dehors de la monnaie et le put warrant dans la monnaie lorsque le sous-jacent est inférieur au prix d’exercice.

Warrant : un produit négociable en bourse

Il est fondamental de veiller à ne pas dépasser l’échéance pour faire valoir son droit d’exercice. Call et put warrants peuvent être négociés dès leur date de cotation en bourse. La date butoir d’exercice prend toutefois fin six jours ouvrables avant l’échéance fixée par l’établissement financier. A l’issue de ce délai, si l’investisseur n’a pas exercé son droit, le warrant est abandonné.