CFD ou Turbo : Quel Produit Financier Choisir ?

Produits financiers dérivés en apparence très similaires, les CFD et les certificats Turbo diffèrent pourtant sur bien des aspects.

Les produits dérivés sont particulièrement nombreux sur les marchés financiers. Partageant tous la même fonction de base, il peuvent s’avérer complexes à distinguer, dans l’optique d’en privilégier un dans le cadre d’une stratégie d’investissement. Parmi tous ces produits, les CFD et les certificats Turbo partagent en effet de nombreuses similitudes, mais ne s’adressent pas exactement aux mêmes profils de Traders. En fonction de l’expérience, du budget, de l’aversion au risque et des objectifs spécifiques, l’investisseur averti a tout intérêt à privilégier l’un, ou l’autre…

Voici un résumé complet des informations dont vous avez besoin pour choisir le produit financier dérivé le mieux adapté à votre style d’investissement.

 

Des produits qui partagent des points communs…

Les Contracts For Difference (CFD) et les certificats Turbo sont des produits financiers dérivés, permettant de spéculer sur la valeur d’un actif sous-jacent en reproduisant les variations de son cours. Cet actif peut tout aussi bien être une action, un indice boursier, une matière première, ou encore une devise.

En tant que produits dérivés, les CFD et les Turbo n’ont aucune valeur économique réelle ; leur valeur dépend de celle de l’actif financier sous-jacent. 

CFD et Turbo permettent tous deux de spéculer à la hausse comme à la baisse sur les marchés financiers. De plus, ils autorisent les investisseurs à utiliser un effet de levier, parfois très important, afin de multiplier leurs plus-values potentielles.

 


 

Découvrez une nouvelle façon de générer des revenus grâce au Trading 2.0 avec le Pack ARYA Starter !

 


 

 

… mais qui divergent par bien des aspects

La négociation en Bourse

Les certificats Turbo sont négociés sur des places boursières – ce qui permet à chaque certificat de posséder un code International Securities Identification Number (ISIN) ainsi qu’un numéro d’identification de titre (WKN) – et les investisseurs passent généralement par des courtiers afin de les acheter, ce qui n’est pas le cas des CFD. En effet, les CFD sont pour leur part négociés de gré à gré.

De fait, le prix des certificats Turbo est plus transparent que celui des CFD – étant des produits listés -, ce qui permet aux investisseurs d’anticiper plus sereinement le passage de leurs ordres.

 

Les risques liés à l’émetteur

Dans le cadre de l’investissement sur les certificats Turbo, les Traders s’exposent au risque lié à l’émetteur, risque qui n’est pas présent en ce qui concerne les CFD.

 

La clarté des coûts

Les coûts relatifs à l’investissement sur les CFD sont particulièrement clairs pour le Trader : les principaux frais liés au financement, à la marge et au spread sont en effet présentés de manière transparente.

À l’inverse, étant donné que les coûts relatifs aux certificats Turbo ne peuvent pas être ventilés individuellement, leurs montants sont plus flous pour l’investisseur.

 

Les risques

  • L’effet de levier. CFD et Turbo permettent tous deux de recourir à l’effet de levier pour maximiser les plus-values. Toutefois, les certificats Turbo offrent un contrôle plus précis de ce dernier, comparé aux CFD.
  • La désactivation automatique. Les certificats Turbo donnent la possibilité d’associer un niveau de knock-out à chaque ordre passé par l’investisseur. Ainsi, même avec un fort effet de levier, il est impossible pour le Trader de perdre plus que son investissement initial ; si les pertes tendent à dépasser ce niveau, le Turbo est purement et simplement désactivé. Ce mécanisme n’existe pas chez les CFD ; pour se protéger contre l’augmentation des pertes, le Trader doit associer un niveau de stop ajustable à chaque ordre.

Les CFD et les Turbo sont donc des produits financiers similaires ; produits dérivés permettant de spéculer sur les fluctuations de cours d’un sous-jacent, ils permettent aux investisseurs de mettre en place un fort effet de levier pour maximiser leurs profits. Toutefois, ces deux types de produits se distinguent également à plusieurs niveaux ; le choix de l’un ou de l’autre dépend donc principalement du profil de l’investisseur (notamment de son expérience et de son aversion au risque), ainsi que de ses objectifs (budget, objectifs de plus-values…).