Actions ou Obligations : Quel Produit Financier Choisir ?

Titres financiers de propriété et de créance, les actions et les obligations sont deux produits d’investissement très populaires auprès des Traders.

Au cours de l’année 2018, les ménages français ont acheté directement pour près de 4,3 milliards d’euros d’actions cotées (rapport annuel de l’observatoire de l’épargne réglementée). Ainsi, bien qu’il se positionne toujours derrière l’immobilier, l’investissement boursier tient une place importante dans le patrimoine des Français. Bien que les actions soient particulièrement populaires, les obligations, moins connues, peuvent également offrir de belles plus-values…

Voici un résumé complet des informations dont vous avez besoin pour choisir le titre financier qui correspond le plus à vos objectifs d’investissement, entre actions et obligations. 

 

Actions, obligations : définitions

 

Les actions

 

Une action est un titre de propriété représentant une part du capital d’une entreprise. En effet, afin d’accéder à des financements, les entreprises cotées ou non en bourse émettent des actions dans le but d’attirer les investisseurs. 

De fait, lorsqu’il possède une ou plusieurs actions, l’actionnaire dispose d’un droit d’information vis-à-vis des activités et du développement de la société émettrice, ainsi que d’un droit de vote en assemblée générale. En outre, il se voit verser des dividendes relatifs aux bénéfices de l’entreprise.

 

Les obligations

 

Une obligation est un titre de créance représentant la dette d’une entreprise, d’une collectivité publique ou locale, ou encore d’un État

Ainsi, un investisseur achetant une ou plusieurs obligations – il est appelé “obligataire” -, prête de l’argent à une société souhaitant financer son développement, ou éponger ses dettes. En contrepartie, il reçoit des coupons garantissant le remboursement de la somme prêtée, avec intérêts.

 


 

Découvrez une nouvelle façon de générer des revenus grâce au Trading 2.0 avec le Pack ARYA Starter !

 


 

 

Des types d’investissements spécifiques…

 

Du point de vue de l’entreprise émettrice, les actions permettent de diversifier les sources de financements, tandis que les obligations permettent de diversifier les sources d’emprunts.  

Du point de vue de l’investisseur, les actions offrent un droit de regard sur l’activité de l’entreprise, proportionnel au nombre de titres de propriété dont l’actionnaire dispose. 

En bourse, le cours des actions dépend des conditions de marché, c’est-à-dire des niveaux d’offre et de demande des investisseurs. Ces conditions sont corrélées aux performances de l’entreprise.

Les obligations offrent à l’investisseur une rémunération déterminée dès l’achat des titres. En bourse,  le cours des obligations dépend lui aussi des conditions de marché, mais également de l’évolution des taux d’intérêt

Une obligation émise par une entreprise jugée solide par les investisseurs, et dont les coupons présentent des montants importants, bénéficiera généralement d’une forte demande sur les marchés financiers.

 

… pour des rendements différents…

 

Les actions

 

Les actions permettent aux investisseurs de toucher des dividendes. Ceux-ci sont calculés en fonction des performances annuelles de l’entreprise émettrice, et notamment en fonction de son résultat net. Chaque année, le montant des dividendes versés est déterminé par l’entreprise elle-même au cours de son assemblée générale.

 

Attention : si l’entreprise présente une performance annuelle déficitaire, il est tout à fait possible qu’elle choisisse de ne verser aucun dividende à ses actionnaires ; ainsi, les revenus liés aux dividendes ne sont pas garantis.

 

En outre, les investisseurs espèrent généralement toucher des plus-values en revendant leurs actions au bout d’un certain temps (quelques semaines, mois, années). Les plus-values de cession représentent en effet le principal intérêt des actions pour les Traders.

 

Les obligations

 

Les obligations permettent aux investisseurs de recevoir des coupons correspondant aux intérêts versés par l’entreprise émettrice. 

 

Ceux-ci peuvent être perçus de manière mensuelle ou annuelle, et sont de deux types :

  • les coupons à taux fixe : le montant de la rémunération ainsi que la périodicité sont déterminés dès l’achat des obligations ;
  • les coupons à taux variable : le montant de la rémunération fluctue avec les taux du marché. 

 

La valeur nominale des obligations (c’est-à-dire la somme prêtée à l’entreprise) est, quant à elle, remboursée intégralement à l’échéance de l’emprunt.

 

… et des niveaux de risque inégaux

 

Les actions présentent une volatilité largement supérieure à celle des obligations. Ainsi, étant bien plus sensibles à l’évolution du marché, les actions peuvent tout aussi bien générer des plus-values importantes, qu’entraîner la perte totale des sommes investies. 

Les obligations sont plus sûres, à partir du moment où l’investisseur les conserve jusqu’à leur échéance, ou les revend au cours d’une période de taux faibles. En effet, même avec les obligations, les Traders ne sont pas à l’abri de reventes à perte.

Ainsi, les actions et les obligations sont respectivement des titres financiers de propriété et de créance. De fait, ils correspondent à deux types d’investissements spécifiques, ne présentant pas les mêmes rendements, risques, ou horizons temporels. En conséquence, l’un de ces titres n’est pas fondamentalement supérieur à l’autre ; tout dépend du profil de l’investisseur, de ses objectifs, et de son aversion au risque.